On est pas là pour être masochistes ou Trois astuces pour se sentir mieux

Chers lecteurs,

Encore une fois cet article est créé dans le cadre d’un événement interblogueurs avec pour thème « 3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien”.
A la longue, vous allez probablement penser que je suis quelque peu sponsorisée. Or, il n’en est rien. Ce blog ne sera jamais une sorte de publi-communiqué je vous l’assure !
Seulement, ce genre d’événement me permet de trouver l’inspiration (qui me manque un peu ces mois-ci) et de gagner en visibilité.
Et j’imagine que cela vous fait plaisir de me lire également ici car Instagram et Facebook ne remplacent pas une bonne vieille page écrite pleine de sagacité.

Continuons ensemble voulez-vous ? Oui, si j’ai décidé d’écrire un article sur le sujet c’est que j’étais tout d’abord concernée et inspirée par le sujet qui, au demeurant est très vaste et assez complexe puisqu’il pose la question de la recherche du bien-être.
Pour certains comme moi, c’est une quête et pour d’autres c’est simplement une amélioration du quotidien sans pour autant en faire un cheval de bataille.
Dans les deux cas, on cherchera ce qui nous convient le mieux et on tentera de le mettre en adéquation avec notre vie.

Etant quelqu’un de particulièrement angoissé (je me rends compte en écrivant que j’utilise quand même vachement de participe-présent, mais voilà j’aime bien) j’ai beaucoup lu, écouté et surtout beaucoup consulté de professionnels.
Peut-être allez-vous vous poser cette question : pourquoi suivre les conseils de quelqu’un d’angoissé quand on cherche soi-même à aller mieux ?
Et bien la raison me semble assez claire, lorsqu’on est pétrie de névroses et d’angoisses comme moi, si on est pas trop masochiste on va tenter déjà de comprendre la source du problème puis de trouver des solutions, des alternatives. Au final, on en ressort avec une connaissance supplémentaire et du recul vis à vis de cette situation.

Du coup, je vais vous donner quelques petites choses qui me rendent plus zen au quotidien et qui me font du bien.
Quelques petites informations sur ces trois astuces :

  • Les astuces évoqués ne garantissent pas de miracles.
    On est pas dans un article type  » Grâce à ces trois astuces formidables vous allez changer votre vie en 5 jours« . Je précise que ce genre de réflexion rentre dans un cadre global d’amélioration du bien-être et de la santé.
  • Ils sont personnels, ce qui peut marcher pour moi ne marchera peut-être pas pour vous.
  • Il ne s’agit en aucun cas d’une injonction, vous avez votre libre-arbitre et êtes maîtres de ce que vous laissez entrer dans votre vie. Si vous souhaitez les mettre en oeuvre, vous pouvez essayer sans risque.
trois_astuces

Merci Paint, merci Microsoft et merci à mes producteurs

1. Trouver la beauté partout

Je crois que je suis un être contemplatif. Je peux passer des heures à regarder mes plantes alors imaginez quand je suis en forêt ou dans la nature …
Et justement j’y passe du temps en forêt, et plus j’y passe de temps, mieux je me sens. Observer les arbres les fleurs, les petits animaux, les insectes (pour les plus courageux), écouter le bruit du vent dans les feuilles … Autant de petits plaisirs qui me ressourcent et me reconnectent à la Nature.
Si vous me suivez sur les internets, vous devez savoir que j’aime poster des photos prises au bois de Vincennes où je vais assez fréquemment car j’y trouve de l’inspiration et de la tranquillité. Récemment, j’ai trouvé une branche en forme de trident de Neptune posé à même le sol lorsque je réfléchissais à un point d’astrologie (photo ci-dessus), la dernière fois je cherchais des tuteurs naturels pour mes plantes et sous mes pieds j’avais la branche parfaite.
Vous pouvez aussi ramasser des objets, des marrons, des feuilles, des branchages … Pinterest vous expliquera ce que vous pouvez en faire si vous n’avez pas d’idées !
Et chaque saison est belle : l’automne et ses feuilles aux couleurs chaudes, l’hiver où le soleil se reflète dans les cristaux de glace etc.
Se connecter à la nature et y trouver la beauté est accessible à tous, dans les jardins, les parcs, la forêt, ou si on est très citadins, on peut regarder le ciel, les maisons, ses animaux de compagnie.
Lors d’un jour de très grande déprime, une de mes amies m’a amenée à une nocturne du Louvre. Elle avait raison, voir du beau guérit, et s’entourer de beauté rend heureux.

2. Rechercher le confort

Un plaid, un intérieur confortable, un lit moelleux, des matières douces, ça fait rêver non? Si vous répondez oui à cette question, alors vous êtes probablement comme moi : un peu casanière et à la recherche de ce qui est agréable. Jusque là rien de grave.
Rechercher le confort dans sa vie c’est un beau moyen de la rendre meilleure. Cela s’étend à votre intérieur, vos vêtements, votre travail et votre manière de voir la vie en général.

dealerdeconfort

Allez on va pas faire nos mijaurées, on sait toutes que cette enseigne est un dealer du confort

Par contre j’aimerais faire la distinction entre recherche du confort et recherche du réconfort. Si dans le premier cas il est question d’améliorer sa qualité de vie, le deuxième, dans lequel on peut allègrement tomber, concerne la recherche d’une récompense pour fuir une réalité pas toujours glorieuse. Par exemple : je suis stressée, je vais chercher quelque chose de sucré dans mes placards.
Alors, je ne dénigre pas ce réflexe, mais je préfère parler dans cet article du confort et non du réconfort, car la recherche du réconfort n’est pas à proprement parler une habitude que je conseille (même si je sais qu’on le fait tous).
Si vous le souhaitez, commencez à scruter votre intérieur et à vous demander ce que vous pourriez améliorer, le petit truc qui ferait toute la différence. Demandez à votre employeur un tapis de souris ergonomique ou un coussin, troquez vos vêtements rêches contre des tout doux, mettez de petites touches de douceur dans votre quotidien.
Et n’oubliez pas, même si cet article semble sponsorisé par le hygge, le consumérisme et le cercle des natifs du Taureau, il ne s’agit pas ici de vous faire acheter, mais simplement de prendre conscience qu’on peut faire … différemment !
Nous sommes des êtres de matière et nous devons entretenir cette même matière et la chouchouter. Qui peut dire qu’il est spirituel tout le temps ? Nous avons un esprit, mais aussi un corps. Il faut rendre l’Expérience la plus douce possible non ?

3. Se nourrir de manière qualitative

Quand je déprime, je vais regarder les étals des magasins de fruits et légumes et je papouille ceux qui ont encore de la terre. J’ai l’impression de les avoir ramassés moi-même et ça me détend.
Je me dis toujours que les gens seraient plus heureux si ils mettaient plus de vitamines et de couleurs dans leur assiette. Rechercher la qualité, la fraîcheur et la beauté de ce que l’on mange est essentiel (même si on ne peut pas manger bio, local, cher toute la semaine, on fait au mieux). On va pas refaire l’histoire, bien manger ça rend heureux et en bonne santé. Personnellement je suis la personne la plus heureuse du monde quand je cuisine mes légumes et que je fais de bonnes recettes.
Cuisiner c’est un peu thérapeutique quand même, on sait ce qu’on mange, on est fiers, on fait du bien à son corps et à son porte-monnaie (et oui). En ce moment je suis obsédée par les courges et la cannelle, tout y passe : tarte au butternut, soupe et gâteaux au potimarron…
Si vous avez des chaines culinaires youtube ou des blogs sympa à me conseiller, je suis preneuse !

J’espère que cet article vous a plu. Il est un peu différent de d’habitude, en effet il est question des thématiques plus concrètes et terre à terre. Comme je le disais plus haut, on ne peut pas être dans l’immatériel tout le temps et il faut vivre ici et maintenant avec ce qu’on a.
Mais ne vous inquiétez pas, les articles un peu sombres reviendront bientôt, on a dit qu’on alternait non ?

Ah oui et tant qu’à faire, si vous êtes comme moi un peu obsédée de nature, et surtout par les étoiles, voici ici un article sympa qui explique comment regarder les étoiles peut vous rendre zen.

Sur ce, bon début de semaine ❤


Se transformer un pas après l’autre : les trois livres qui ont changé ma vie

Chers lecteurs,

Les livres ont été et sont toujours de fidèles compagnons qui m’ont suivie dans les pires et les meilleurs moments de mon existence, me permettant ainsi d’évoluer et de devenir une meilleure version de moi-même.
Je pense à écrire cet article depuis plusieurs semaines et un événement inter-blogueurs dont je vais vous parler par la suite m’a incitée à le rédiger ces jours, sous la chaleur écrasante de notre mois d’août.

Il me fallait trouver trois livres qui ont changé ma vie.
La rédaction de cet article m’a permis de me pencher sur ces quinze dernières années et sur ce flot ininterrompu d’évènements, de petits et grands deuils, de changements qui m’ont permis de me découvrir et de devenir une adulte. Ou tout simplement d’être une adulte en devenir,je ne sais pas trop.
Durant cette période, des livres ont été mis sur mon chemin. Tantôt ceux-ci ont répondu à un problème que j’avais, tantôt ceux-ci ont soulevé d’innombrables questions. Mais dans tous les cas, à leur lecture et dans ma vie d’aujourd’hui, ceux-ci m’accompagnent encore sur mon chemin de pèlerine.

Les livres dont je vais vous parler correspondent à trois grands sujets qui sont centraux dans mon existence. : la question de la Foi, la lutte contre le « parasitage » matériel ou spirituel et devenir maitre de sa destinée grâce à ses intentions.

afternoon-reading-in-the-park_925x

Un livre, un pique-nique, un freedent

1. Conversation avec Dieu, Neale Donald Walsch (2003)

Voici un livre que j’ai découvert adolescente et qui m’a, je dois bien le dire, libérée.
Il s’agit du dialogue intérieur du narrateur et de Dieu. Le personnage (l’auteur) lui pose des questions des plus futiles jusqu’au plus pointues. Différents sujets sont abordés comme la politique, la religion, ou encore le couple. Ce sont des questions que nous pourrions tous nous poser un jour ou l’autre. Et Dieu lui répond. Ce Dieu c’est la petite voix intérieure, celle de notre intuition qui est reliée au grand Tout.

Lorsque j’ai lu ce livre j’étais très jeune, et traversant une période incroyablement difficile sur tous les plans, j’ai trouvé un incroyable réconfort en le lisant. Ce que j’en ai appris c’est que la Divinité sommeille en nous pour peu que nous écoutions notre intuition et notre âme et que les réponses que celle-ci donnera seront simples. Car avec le recul, rien n’est compliqué, rien n’est impossible ni difficile, ce sont des choix faits en conscience. Dieu explique d’ailleurs qu’il parle à tout le monde, mais que ce n’est pas cela qui est le plus important. Non, le plus important est celui qui écoute ce qu’il a à dire.

J’ai compris d’innombrables choses en lisant ce livre, je me suis sentie plus légère, comme si la chape de plomb religieuse s’était soudain envolée et qu’il ne restait que la vraie Foi, celle d’un Dieu intérieur compatissant et miséricordieux, en phase avec l’essence même des textes sacrés. Le Dieu qu’on entrevoit entre les lignes, dont on rêve, mais qui semble ne jamais prendre chair dans notre réalité. Quinze ans plus tard, je suis toujours à l’affut de cette petite voix qui me guide et qui me murmure que les choses sont en fait très simples.

2. La magie de la foi, Joseph Murphy (1955)

Il est des livres qui vous « tombent » littéralement dessus. Il suffit d’en avoir besoin et la réponse vous vient au bon moment. Ce fut le cas pour ce livre, écrit par le pasteur Joseph Murphy, grand ponte devant l’éternel de la pensée créatrice.
A peu près à la même époque que Conversations avec Dieu, ma thérapeute m’avait prêté ce livre suite à une conversation que nous avions eue sur ce que nous pourrions appeler aujourd’hui La loi de l’Attraction dont j’ai déjà parlé ici.
La première fois que j’ai entendu parler de la pensée créatrice c’était à ce moment-là.
J’ai de suite mal réagi en disant que si nos pensées créaient effectivement notre vie, alors c’était trop dur à porter. Puis, elle m’a répondu simplement « Non, au contraire c’est une grande liberté ».

J’ai eu ce livre dans les mains pendant plusieurs années sans le lire.
Ce que m’avait dit ma thérapeute ce jour me trottait dans la tête sans que je sache comment le mettre en place dans ma vie.
Un jour, j’ai retrouvé ce livre dans ma bibliothèque et je l’ai lu, et à ce moment là j’ai réellement compris de quoi il retournait. Comme le dit le proverbe « Le maitre arrive quand l’élève est prêt« . La magie de la foi est un ouvrage qui, s’appuyant notamment sur des citations bibliques, explique en des termes clairs que vos intentions finissent par se matérialiser et devenir la réalité. L’auteur structure ses chapitres par différents « miracles » arrivés à ses patients mettant en scène leur foi indéfectible et la manière dont ils ont réussi à transformer leur vie.
Bien que le mode « prédications » me laisse un peu perplexe, de même que le story-telling à l’américaine que l’on retrouve dans 95% de ce type d’ouvrages, je n’ai pu m’empêcher d’être fascinée par le message de ce livre : nous sommes créateurs de notre vie. Et ce en changeant simplement notre regard sur ce qui nous arrive. Car ce sont nos choix qui déterminent notre vie, et non pas les circonstances extérieures. Et là gît la vraie liberté d’être.

3. L’art de la simplicité, Dominique Loreau (2005)

Simplifier sa vie c’est l’enrichir. Voici le crédo de ce livre qui, pour une fois, ne parle pas de Foi ! Je m’en vais vous expliquer pourquoi j’ai choisi ce livre plutôt qu’un autre.
Le mot « parasitage » revient sans cesse dans ma vie. Traversée en permanence par des émotions, des pensées difficiles à appréhender et à stopper, l’envahissement de type « parasitaire » que ce soit mental ou matériel a toujours été une réalité tangible chez moi. Insectes, pensées parasites, émotions, piratage, incendie, rongeurs, cambriolage ont été pour moi des épreuves mais surtout des moyens de prendre conscience de certaines réalités. Vous ne pouvez être parasité que si vous vous parasitez vous-même. C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers un livre qui me permettait de me débarrasser de ce qu’on ne veut plus pour y voir plus clair et ne plus me sentir envahie.

Japanophile nourrie aux principes du zen, l’auteur nous invite dans ce guide à nous débarrasser du superflu aussi bien dans notre intérieur que dans notre vie. N’oublions pas que notre logement est un reflet de ce qui nous habite physiquement, et de ce fait, faire du tri et s’entourer de belles choses chez soi revient au même que de le faire en soi.
C’est une amie de fac qui m’a conseillé ce livre et dès que je l’ai eu dans les mains, j’ai mis en pratique tous ses conseils. Cela fait près de dix ans qu’il me suit et m’offre également une sorte de réconfort. J’y ai ainsi découvert qu’on pouvait jeter sans culpabiliser, que l’on n’avait au final pas besoin de grand chose pour bien vivre, et que l’accumulation d’objets nécessitait une mobilisation incessante d’énergie. Ce guide m’a fait prendre conscience de la place du matériel dans nos vies alors que ce sont des trésors non physiques que nous emportons dans notre tombe.
Nous pensons aux objets à acheter, à jeter, à trier, à astiquer tous les jours. Cela nous prend du temps et de l’énergie pour rien alors que nous pourrions nous concentrer sur ce qui nous intéresse vraiment.
Suite à la lecture du livre, j’ai énormément jeté et j’essaye de faire un maximum de tri dès que je me vois entasser trop de choses. Dix années après l’avoir découvert, je pourrais également dire que mon approche du minimalisme a évolué : si certains des conseils m’accompagnent au quotidien, certains ont été très difficile à appliquer car un peu radicaux. En effet, si l’ouvrage s’inspire de la culture japonaise, et qu’un certain nombre de principes peuvent s’appliquer à nos vies bien occidentales, il ne faut surtout pas oublier que nous sommes culturellement bien différents des japonais et ce, à tous les niveaux.

Je suis heureuse d’avoir pu partager, plus que des lectures, des morceaux de ma vie. J’espère qu’un jour, vous trouverez les livres qui vous transformeront ou vous apporterons l’éclairage que vous attendiez. Après écriture de cet article, je me rends compte que tous ces ouvrages m’ont été conseillés par des personnes bienveillantes. Tendez l’oreille ou écoutez attentivement vos connaissances ou amis, ils auront peut être les clés de votre futur vous.

 

Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs “Les 3 livres qui ont changé ma vie” organisé par le blog Des Livres Pour Changer de Vie. Je vous invite également à lire cet article dans le blog qui parle d’un livre qui m’a également beaucoup inspirée. Lien.