De la nature cyclique des choses

Chers Lecteurs,

 

Cela fait quelques mois que nous ne nous sommes pas retrouvés ici.
Des milliers d’idées d’articles me sont venues, pour aussitôt repartir. J’aurais pu évoquer l’Avent, les bonnes résolutions … mais je pense garder ces idées pour l’année prochaine. Cela fait près de trois mois que je n’ai rien écrit. Le temps est vraiment une notion qui me dépasse : où il nous fuit d’entre les doigts, où rien n’avance assez vite. Enfin, aussi vite que je le souhaiterais.

Il y a eu une accumulation de facteurs qui expliquent cette absence : doutes, syndrome de l’imposteur, peurs qui remontent, corps qui dit stop, et surtout deux décès dans ma famille en trois semaines.
Je n’avais ni le goût d’écrire ni l’énergie et j’ai eu besoin de digérer.
J’ai attendu que ça se passe, car au final, tout passe.

C’est bien là le problème pour la plupart d’entre nous, tout finit par passer. Et nous luttons contre ça indéfiniment parce que c’est trop difficile de se dire que les situations et les émotions ne sont que passagères. Nous avons peur que les choses évoluent, nous ne supportons pas de vieillir, de voir notre entourage prendre des décisions qui ne nous plaisent pas et de les voir mourir. Nous ne pouvons pas concevoir que les choses qui nous arrivent, bonnes comme mauvaises sont en fait des manières d’élever notre âme et de devenir adultes. Nous nous raccrochons à des souvenirs où « tout allait bien » alors qu’au final tout n’allait pas si bien.

Nous avons perdu le contact avec quelque chose de très ancien, de très ancré en nous, dont nos cellules se souviennent, même si notre mental ne suit pas : tout est cycle et nous, humains, n’échapperons pas à notre nature.

J’ai vu plusieurs rides la dernière fois dans le miroir et je me suis vue vieillir. Je ne peux à vrai dire, pas faire grand chose. Enfin, je pourrais utiliser du botox me direz-vous, mais j’ai vu la tête de Lady Gaga aux Oscars et je préfère ma bonne vieille ride de contrariété.

Tout ici bas est programmé pour naître et disparaître, la nature elle-même est cyclique : le jour se lève et se couche, tout commence et tout finit. Puis tout recommence et ainsi de suite. Ce qui semble insurmontable ne le sera pas demain et chaque nouvelle journée nous apprend à recommencer encore et encore.

Et comme je ne peux pas m’empêcher de placer l’Homme dans une perspective plus large, je tenais à vous montrer que la nature elle-même nous montre cet éternel recommencement.

image1

La lune en phase croissante, vue de Paris

Je scrute très souvent la lune, je me tiens au courant de ses phases.
Très sensible à la lumière de la pleine lune, et aussi, étant de par mon thème astral une lunaire (#luneencancer), je suis à même de ressentir ses différents mouvements. J’aime à penser que chaque lunaison porte en elle les germes d’une transformation intérieure et d’un renouveau de chaque instant. Tantôt pleine, tantôt nouvelle, elle ne fait que nous rappeler à notre état évolutif.

Nous sommes que des êtres de passage dans cette vie venus expérimenter quelque chose. Certains passeront leur vie à se demander quoi, tandis que les autres resterons sur leurs acquis, chacun à son niveau.

Le fait de concevoir que tout a un début et une fin, de nos existences, jusqu’à un produit de consommation basique, en passant par les émotions qui nous traversent, permet de prendre du recul et de replacer dans un Contexte plus grand. A partir de ce moment là, il est possible de laisser de côté ses peines, son appréhension de l’avenir et ses attitudes d’auto-sabotage.
Nous sommes dans une grande roue, faite elle-même d’une multitude d’autres roues et c’est ainsi.
Pour finir et pour les plus mélomanes d’entre-vous, souvenez-vous de cette phrase issue de Carmina Burana « O Fortuna, velut Luna, statu variabilis » qui nous indique que la Fortune (dans le sens de la chance ici) est comme la lune, changeante.

 


Changements estivaux, Xena la guerrière et résultats des sondages

Bonjour à tous !

Cela fait près d’un mois qu’aucun article n’a été publié ici.

Je ne suis pas partie en vacances, seulement j’ai eu besoin de temps pour moi-même et pour réfléchir aux prochains mois, au niveau personnel mais aussi professionnel. C’est assez intense et déstabilisant.

Sur ce, trêve de plaisanterie, et passons au sujet de l’article.
J’ai récemment posté un sondage, à la fois sur Facebook et Instagram, en vous demandant si vous préfériez des articles plus joyeux, ou des articles plus profonds.

Pourquoi un tel sondage ? Tout simplement parce que je remarque au niveau des interactions, visites et commentaires, que les articles plus joyeux sont moins vus et peut-être aimés. Je me suis posé 10 000 questions et en suis venue à vous poser la question. Que préférez-vous ?

Voici ce qui en est ressorti : votre préférence va aux articles plus profonds mais aussi à une alternance entre ce type d’articles et des articles plus positifs.

Je vais bien entendu prendre tout cela en compte et alterner les articles.
C’est ce que j’appelle le Syndrome Xena la Guerrière.

Attention, voici le point POP CULTURE.

Xena-Warrior-Princess-Wallpaper-xena-warrior-princess-39840071-500-313

Cela va probablement vous rappeler des souvenirs

Vous avez déjà probablement regardé cette série assez datée. Alors, pourquoi la replacer dans le contexte ? Et bien, si vous l’avez suivie assez assidument dans votre jeunesse, vous aurez remarqué que la série alterne un épisode « drôle » et un épisode ultra dramatique complètement WTF. Exemple : vous allez voir un jour une intrigue centrée sur un ou plusieurs personnages bouffons à la Jar Jar Bings (si vous ne savez pas qui c’est vous ne ratez rien, et si vous savez qui sait vous voyez probablement ce que je veux dire) qui relèvent de la grosse farce et le lendemain vous verrez un épisode chelou avec une intrigue mais complètement obscure et complètement hors contexte. Je me souviens d’un épisode comédie musicale où Xena est morte crucifiée, je n’ai toujours pas compris. Si quelqu’un ici peut m’expliquer je suis preneuse…
Tout ça pour vous dire que je vais alterner les articles de cette manière-là vous êtes prévenus.

Le point pop culture étant terminé, et vos traumas de jeunes enfants / adolescents ayant été exhumés à la lumière de cet article, je vais ci-dessous vous proposer différents formats exploitables ici et j’attends vos retours.

  • La critique de séries / de phénomènes sociaux
  • La critique de films
  • La critique de livres

Pour chacune de ces catégories, n’hésitez pas à me préciser quel film / série / livres vous souhaitez voir sur ce blog. Il faut voter les amis.

Je compte sur vous pour répondre soit ici dans la section commentaires, soit sur Facebook Et instagram. Je compte sur vous les amis.

A bientôt !